Alouettes : 4 candidats au poste d’entraîneur-chef

Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia, a quatre candidats en tête pour lui succéder à titre d’entraîneur-chef de l’équipe.

C’est ce qu’il a révélé mardi, lors de son bilan de la saison 2022. Le DG s’est toutefois gardé de dévoiler l’identité de ceux-ci. Il a également refusé de dire combien de candidats il y a de l’organisation. Maciocia a toutefois déclaré vouloir embaucher avant les fêtes et que le prochain pilote devait déjà avoir travaillé dans la Ligue canadienne de football (LCF).

“Nous voulons qu’il ait de l’expérience dans notre ligue, mais pas nécessairement en tant qu’entraîneur-chef”, a-t-il déclaré.

Cela ouvre la porte à plusieurs candidatures internes. Il est aussi beaucoup plus facile de spéculer sur la candidature de quelqu’un qui a occupé un poste d’entraîneur avec les Alouettes cette année que sur l’identité des candidats potentiels au poste d’une autre organisation.

Lire Aussi :  La Lotto Soudal n'a pu se sauver... malgré Arnaud de Lie

Trois noms se démarquent : l’entraîneur des quarts Anthony Calvillo, l’entraîneur et entraîneur-chef adjoint des demis offensifs André Bolduc et le coordonnateur défensif Noel Thorpe.

Le premier de cette liste a également déclaré récemment dans plusieurs interviews qu’il souhaitait obtenir un entretien d’embauche pour le poste vacant d’entraîneur-chef. Il y a fort à parier que les deux autres sont également intéressés par le poste, ceux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de combler le poste de pilote dans la LCF.

sauvegarder le noyau

Si aucun des candidats internes ne décroche le poste, ne pensez pas que ce sera la fin de leur association avec les Sparrows.

Lire Aussi :  la gestion du cas Benzema interroge

« Ma priorité sera de garder notre noyau en place. Que notre prochain entraîneur-chef vienne de l’intérieur ou de l’extérieur, il y a certains éléments qui ne seront pas négociables”, a déclaré Maciocia.

« Dans mon monde idéal, j’aimerais tous les garder. J’en ai déjà parlé directement avec eux”, a-t-il ajouté, avant de préciser qu’aucun entraîneur de l’édition 2022 n’avait de contrat en poche pour la prochaine campagne.

Maciocia a également indiqué qu’il n’hésiterait pas à “imposer” des adjoints à son futur entraîneur-chef.

“Même s’il s’agit de quelqu’un de l’extérieur, nous suggérerons fortement de maintenir le statu quo.”

Et le fait français ?

Le directeur général a été interrogé sur l’importance de la langue parlée par son prochain entraîneur-chef.

Lire Aussi :  Circuit européen 2022/ 2023 : 150 000 dollars garantis pour les joueurs, l'Open de France confirmé

« S’il est bilingue, il sera bilingue. Si c’est anglophone monolingue, c’est tout. Nous voulons embaucher le meilleur candidat disponible », a-t-il répondu.

Parmi les entraîneurs adjoints des “Als” en 2022, cinq des huit hommes en place parlent la langue de Molière, dont Calvillo et Bolduc. Six d’entre eux sont québécois ou ont déjà travaillé pour la formation du Réseau québécois du sport étudiant.

« Cela fait trois ans que j’en parle et je continuerai à le répéter : à talent égal, nous continuerons à garder nos éléments à la maison. Cela ne va pas changer”, a déclaré Maciocia.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button