Ce que l’on sait du meurtre de Vanessa, l’adolescente de 14 ans tuée à Tonneins

Le corps d’une adolescente de 14 ans a été retrouvé vendredi dans une maison abandonnée du Lot-et-Garonne, après qu’un homme de 31 ans a avoué l’avoir agressée sexuellement.

Vanessa, une adolescente de 14 ans portée disparue depuis vendredi, a été retrouvée morte le lendemain dans une maison abandonnée à Tonneins (Lot-et-Garonne). Auparavant, un homme de 31 ans avait été arrêté et détenu pendant la nuit de vendredi à samedi. Au cours de l’interrogatoire, il a rapidement avoué avoir agressé sexuellement l’écolière inconnue avant de l’assassiner.

Une écolière d’origine espagnole

Vanessa, 14 ans, jeune femme d’origine espagnole, a étudié au collège de Germilac à Donaines, dans une filière UP2A (dispositif qui aide les élèves récemment arrivés en France à apprendre le français).

Il était l’aîné de trois enfants et avait un frère et une sœur plus jeunes âgés de 10 et 12 ans. Toute la famille était sous le choc samedi : leur mère a été hospitalisée dans la nuit de vendredi à samedi.

Une mystérieuse disparition après avoir abandonné l’université

Lire Aussi :  comment les décisions de justice se sont imposées au gouvernement

Vendredi après-midi, Vanessa quitte son collège. Mais ses parents, qui ne l’ont pas vue revenir, ont signalé sa disparition en fin d’après-midi, à 18h45. Le procureur de la République a indiqué samedi en conférence de presse que l’appel avait été “immédiatement” pris au sérieux par les gendarmes.

Les enquêteurs ont passé deux heures à regarder toutes les images des 28 caméras de vidéosurveillance de la ville de Tonines où ils ont pu localiser Vanessa. Vers 13 heures, alors qu’elle rentrait de l’université, une silhouette apparaît marchant dans la rue. Des images de vidéosurveillance ont montré un véhicule qui passait, mais à aucun moment l’adolescent n’a été vu monter dans la voiture.

Un homme de 31 ans a été arrêté

Dans le cadre de l’enquête, les gendarmes passent au crible toutes les plaques d’immatriculation et les cartes grises que les propriétaires ont dans leurs dossiers.

Un nom d’homme ressort cette fois : un homme de 31 ans qui travaille comme intérimaire et habite Marmonte a été interpellé vendredi à 22h45 et placé en garde à vue. Le procureur de la République a qualifié samedi l’homme de “malhonnête” et de sans-abri.

Lire Aussi :  Afrique du Sud : Charles Ollivon, ou le renouveau d’un ancien capitaine du XV de France

Lorsque les gendarmes arrivent chez lui, il leur dit : “Je sais pourquoi vous êtes venus ici”. Il a été placé en garde à vue à la brigade de recherche de Marmande vendredi. Selon nos informations, il a été prolongé par le gouvernement samedi soir. Une perquisition a donc été menée à son domicile et une enquête de quartier a été menée.

Une personne déjà connue de la police

Le suspect était déjà connu des services de police, a indiqué le procureur de la République d’Agen. Condamné par le tribunal de première instance de Rochford en septembre 2008 pour avoir agressé sexuellement un mineur de 15 ans. Les faits sont antérieurs à 2006.

Il a été condamné à 15 jours de garde à vue avec sursis pour une durée de 2 ans et sans suivi socio-judiciaire. Depuis, cet homme ne fait plus parler de lui pour des questions sexuelles. Uniquement pour les actes de vol et de vandalisme.

Lire Aussi :  un maire LR de l’Oise porte plainte après un nouvel incident

Aveux express en garde à vue

Selon nos informations, lors du premier jour de garde à vue, le suspect a avoué avoir agressé sexuellement une adolescente de 14 ans, qu’il ne connaissait pas, dans sa voiture. Ils se trouvaient alors dans une autre ville que Tonines.

Son avocat a affirmé samedi soir que son client s’était montré “coopératif” en garde à vue. “Il répond aux questions qui lui sont posées, les interrogatoires sont longs et vont se poursuivre une bonne partie de la nuit”, a expliqué Sophie Grolio à notre micro, ajoutant que le mobile du suspect est encore inconnu à ce stade.

Une autopsie a été pratiquée dans les jours suivants

Une autopsie sera pratiquée sur le corps de la victime en début de semaine prochaine, et les enquêteurs attendent toujours le retour des analyses toxicologiques sur le suspect. Une cellule psychologique a été ouverte dans le collège des filles.

Jean Bulent Journaliste BFM TV

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button