chez ACBAT, la facture électrique de TotalEnergies ne passe pas

En septembre 2021, Stéphane Kirschwing nous confiait être un patron heureux malgré la hausse des prix des matières premières comme le bois et l’acier. Le gérant était optimiste car après la période Covid, les Français sont revenus dans les magasins de bricolage et le business a explosé. Pour répondre à la demande, l’entreprise est passée de 50 à 65 employés.

Un peu plus d’un an plus tard, le gérant d’ACBAT à Sarreguemines, fournisseur de raccords et accessoires pour menuiseries PVC, aluminium et bois, ne s’emporte pas. Raison ? La facture énergétique lui reste dans la gorge. “Cet été, TotalEnergies nous a mis la pression pour signer un nouveau deal alors que le nôtre arrivait à échéance fin août sous prétexte que les prix étaient très volatils”, explique le PDG de l’entreprise, qui constate une augmentation de la facture annuelle de 266 000 €. !

Lire Aussi :  Pour Philippe Bernies, réussir, c’est aussi savoir transmettre son entreprise

45 000 € pour résiliation

« Nous ne sommes pas une entreprise manufacturière, nous n’avions donc pas une facture très importante, allant de 9 000 à 10 000 euros par an. Il y a trois ans, nous avons remplacé les anciennes lampes halogènes par des LED pour éclairer 4 500 m² de notre siège social. Nous chauffons nos bureaux à l’électricité et nous avons huit camions que nous devons recharger chaque nuit. »

Lire Aussi :  Quand le climat doit entrer dans l’économie, et non l’inverse

Ce n’est qu’en septembre que l’entreprise a réalisé son erreur. Pendant un mois, la facture était de 10 000 euros ! ACBAT, qui a rejoint Mirwault en 2020, a confié son problème à la direction du groupe. « Le groupe a négocié avec EDF, qui nous a proposé une augmentation du X8 par rapport au X30 de TotalEnergies. Mais attention à rompre le deal avec eux, TotalEnergies nous demande 45 000 € d’indemnités de résiliation, que nous essayons de renégocier. C’est du vol organisé ! J’espère qu’on pourra obtenir des aides de l’Etat », lance le dirigeant dont l’entreprise a dû répercuter cette hausse du prix des pièces.

Lire Aussi :  l'exécutif reste fermement opposé à une sortie du marché européen de l'énergie

Cependant, il relativise : « Il ne s’agit pas seulement du prix de l’énergie, mais du contexte global d’inflation. L’année dernière, j’ai dû embaucher une personne pour mettre à jour nos prix uniquement. C’est un travail à temps plein car nous avons 4500 références ; certains fournisseurs ont quadruplé les prix en un an ! – explique le patron, qui n’a finalement d’autre choix que de résilier le contrat avec TotalEnergies pour rejoindre EDF.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button