Des appareils de surveillance de Frontex sont utilisés par les gardes-côtes libyens pour intercepter illégalement des migrants

« Le patrouilleur Fezza a sauvé un chalutier en feu et a sauvé son équipage de huit personnes. » Le 24 août 2021, la page Facebook “Garde côtière et sécurité portuaire” publie les résultats d’une opération de sauvetage menée dans la journée par les garde-côtes libyens. Pour illustrer cela, la page publie une photo du chalutier en feu.

Traduction d'une publication publiée le 24 août 2021 sur la page Facebook

La présence d’informations temporelles et géographiques sur l’image indique qu’il s’agit d’une prise de vue prise par un dispositif de surveillance aérienne, et non par une simple caméra. Ce type d’image, entre 2018 et 2022, les garde-côtes libyens en ont publié une dizaine, sur différents comptes et réseaux. Sauf que la Libye n’est pas équipée d’appareils capables de produire ces images. Qui est derrière ?

Lire Aussi :  le chef de la diplomatie américaine qualifie de "barbares" les frappes russes visant les infrastructures ukrainiennes

Pour identifier sa source, Le monde ont croisé les informations qu’ils contiennent avec les données ADS-B, un signal émis par les avions en vol, mais aussi avec les carnets de bord de nombreuses ONG actives en Méditerranée, dans les airs ou en mer. 2021, par exemple, les informations présentes sur l’image indiquent les coordonnées, l’altitude et l’heure précise à laquelle se trouvait l’appareil lorsqu’il a pris cette image. Ils donnent également la position approximative du chalutier observé par l’appareil.

Nous avons reconstitué le trafic aérien au-dessus de la Méditerranée le matin du 24 août 2021. En comparant les routes des différents avions avec les données disponibles sur l’image, nous avons pu identifier un avion qui se trouvait précisément aux coordonnées et à la hauteur . dans lequel la photo a été prise, quand elle a été prise : le drone AS2132, opéré par Frontex.

Lire Aussi :  Amnesty international a pu transmettre ses messages

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/trace-drone-frontex/trace-drone-frontex2.mp4

Activité du drone Frontex (AS2132) le 24 août 2021

Les données ADS-B – signal émis par l’avion en vol – du drone AS2132 montrent qu’il était présent aux coordonnées et à l’altitude indiquées sur l’image publiée par les garde-côtes libyens (34.267108, 12.293789) au moment où cela a été fait.
Source : ADSBExchange

vrai
vrai
faux

faux
faux
faux

faux

Voir la vidéo

Pour les autres images, nous avons eu accès aux observations d’ONG, comme SeaWatch ou SOS Méditerranée, consignées dans les journaux de bord. Ceux-ci sont librement accessibles ici. Au total, ce travail permet d’affirmer qu’à cinq dates différentes les images publiées par les garde-côtes libyens ont été prises par des appareils Frontex. Au moins un autre provenait d’un dispositif d’EunavforMed, la force navale européenne en Méditerranée, qui collabore avec Frontex.

Lire Aussi :  L’imitation russe de McDonald’s se développe à l’international

Interceptions impossibles sans renseignement extérieur

Interrogé, l’agence des gardes-frontières leur assure : ” il n’y a pas de collaboration entre Frontex et les garde-côtes libyens “, ce qu’a déjà affirmé son ancien directeur Fabrice Leggeri en mars 2021. L’agence précise cependant : “Chaque fois qu’un avion de Frontex repère un bateau en détresse, une alerte – et une image, le cas échéant – est immédiatement envoyée au centre de coordination des secours. régional Les informations transmises comprennent notamment la position, l’état de navigabilité du navire et la probabilité qu’il n’atteigne pas sa destination finale. »

Il vous reste 52,61% de cet article à lire. Les éléments suivants sont réservés aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button