Des biodéchets récupérés pour faire du maquillage ou du shampoing

Chez Yfixia à Montpellier (Hérault), nous imaginons les produits de beauté de demain. La mystérieuse création de cette entreprise, créée il y a seulement quelques mois, attise même la curiosité des mastodontes du secteur. La start-up récupère les déchets agricoles ou agroalimentaires pour en extraire des molécules précieuses, qui pourront bientôt être utilisées pour produire des crèmes pour le visage, des shampoings et des cosmétiques de maquillage.

L’objectif de Yifixia est que ces matériaux respectueux de l’environnement “remplacent, à terme, les ingrédients issus de la pétrochimie encore largement utilisés dans la production de produits cosmétiques”, explique Nicolas Gaboriaud-Kolar, fondateur de l’entreprise. Certains entraînent également des problèmes de santé, des troubles endocriniens, des allergies, etc. restes de branches de pommiers, abandonnés par les agriculteurs lors de la taille.

Lire Aussi :  Loire. Le seul distributeur de caravanes du département se trouve à Montrond-les-Bains

“Technologies minières vertes”

A partir de ces impuretés ou gommages naturels, l’entreprise est capable d’extraire différentes molécules grâce aux “technologies vertes d’extraction”. « Nous utilisons notamment de l’eau et de l’alcool, précise Nicolas Gaboriaud-Kolar. Yifixia pousse son engagement écologique vers une valorisation totale des biodéchets, certains fabricants les jetant en totalité ou presque à la poubelle lorsqu’ils ont fini de récupérer ce dont ils ont besoin. “Nous pouvons donner le matériel végétal que nous avons laissé, par exemple, à l’agriculture qui nous l’a vendu, afin qu’il puisse être utilisé pour l’épandage” – poursuit l’entrepreneur. Pour qu’il puisse enrichir son sol avec ses propres déchets. »

Lire Aussi :  Économie | Retraites : le gouvernement veut aller "au-delà de 1 100 euros" minimum pour les carrières complètes

Yfixia ne produira pas directement de crèmes ou de maquillage. L’objectif de cette entreprise florissante, hébergée dans deux incubateurs à Montpellier (Bic et Agro Valo Méditerranée), est de proposer dès 2023 ou 2024 un catalogue d’ingrédients verts (conservateurs, gélifiants…) à destination des industriels de la cosmétique. Et c’est à la mode. “Toutes les recherches dans l’industrie indiquent un véritable désir des consommateurs d’avoir les produits les plus sains possibles”, poursuit l’entrepreneur. On regarde de plus en plus attentivement la composition des produits cosmétiques. »

Lire Aussi :  L'économie est un fiasco : quelles leçons allons-nous tirer ?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button