Des primes de parrainage pour les salariés qui aident leur entreprise à recruter

Dans les couloirs du service d'oncologie pédiatrique de l'hôpital de la Timone à Marseille, le 28 octobre 2022.

Qu’il s’agisse de recruter des chauffeurs, des infirmières, des vendeurs ou des consultants, les entreprises se donnent beaucoup de mal pour trouver des candidats. Sur fond de tensions sur le marché du travail, ils découvrent (re)découvrent la cooptation, une technique où ils font appel aux réseaux de leurs propres salariés dans l’espoir de faire émerger de bons profils.

Pour de nombreuses entreprises, cet outil n’est pas nouveau. Par exemple, au sein du groupe Up, qui propose des solutions de paiement pour les salariés et les citoyens (chèques alimentaires, chèques cadeaux, etc.), la cooptation a toujours été pratiquée, mais de manière informelle. Le fait est que quand on se connaît, on se fait confiance, ce qui est très important dans une coopérative comme la nôtre, où le collectif est fondamental.”, Expliquer Virginie Linard, Directrice des Opérations Ressources Humaines (RH) et de l’Expérience Collaborateur en France.

Lire Aussi :  Les Etats-Unis espèrent échapper in extremis à une récession

Puis l’entreprise a grandi et la pratique s’est effondrée. Mais dès le début de l’année, nous avons décidé de répondre à notre besoin de recrutement de commerciaux – dont les postes se font rares – pour en faire un outil de motivation interne. Nos employés sont nos meilleurs ambassadeurs. »

Un autre secteur fortement touché par les pénuries de main-d’œuvre est le secteur de la santé. Ce qui a poussé le groupe hospitalier Paris Saint-Joseph à lancer un programme de cooptation en accord avec les syndicats pour pourvoir des postes tendus : infirmier de bloc opératoire, infirmier anesthésiste, médecin manipulateur en électroradiologie, kinésithérapeute, anesthésiste… L’opération, qui a débuté en avril 2021 an , durera jusqu’à la fin de l’année.

Lire Aussi :  L'inflation américaine porte les actions européennes et plombe le dollar - 12/01/2023 à 18:39

“Le bon effet de levier”

La Régie autonome des transports de Paris (RATP) a également mis en place des dispositifs de cooptation : fin août pour les chauffeurs de bus et mi-octobre pour les métiers de chauffeur et d’agent de gare. Nous avons ajouté une nouvelle corde à notre arc pour élargir notre vivier de candidats »explique Rozenn Boëdec, Responsable RH Services Multimodaux et Espaces RATP.

« La cooptation est un levier de recrutement particulièrement important, estime Mathilde Le Coz, DRH du cabinet d’audit Mazars et présidente du Lab RH, pas en volume, mais en efficacité. Le recrutement est plus qualitatif. » A ce jour, 15% des recrutements Mazars se font ainsi, avec un objectif de 25% à 30%.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Recrutement : face à la pénurie de candidats, les entreprises se tournent vers les marchés internationaux
Lire Aussi :  peut-on encore obtenir cette aide de 300 euros ?

“Nos clients parlent de recrutement ‘fiable’, c’est-à-dire de qualité”, explique César Recher, co-fondateur de Basile (HelloWork Group), une solution de recrutement coopératif qui compte une cinquantaine de clients dont Safran, Bouygues, Etam, etc. « Ils voient plus de validation de période d’essai, et ceux qui sont ainsi recrutés restent plus longtemps dans l’entreprise. Plus de 60% des candidats cooptés sont auditionnés et le taux d’emploi moyen est de 15%. Gagner du temps et donc de l’argent est important. « La cooptation est un gage de réussite de l’intégration car la personne cooptée partage les mêmes valeurs »poursuit Virginie Linard du groupe Up.

Il vous reste 49,34% de cet article à lire. Les informations ci-dessous sont réservées aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button