En se déployant à l’international, Captivea s’arrime à la croissance hors norme d’Odoo

En tant que premier intégrateur d’Odoo (ex-OpenERP), Captivea devrait croître d’environ 70% cette année, comparable à ce qu’Odoo a connu depuis qu’il est passé à un modèle de licence il y a six ans. Comme Odoo, cette accélération de sa croissance repose sur son déploiement à l’international.

Cela a commencé il y a quatre ans avec son implantation aux États-Unis. L’intégrateur de Chambéry (73) a découvert ici un marché dynamique, avec des cycles de décision courts, plus sensible à l’innovation qu’à la marque et sans a priori négatif sur l’open source.

Résultat : la succursale américaine supplante déjà la succursale française en termes d’effectifs et de nombre de clients. Baptisée Konsultoo, la filiale américaine compte 35 personnes contre 25 en France, sert une centaine de clients – dont une filiale de la NASA – contre une cinquantaine en France et devrait réaliser cette année 60% de croissance, contre 30% en France.

Lire Aussi :  Au Brésil, Jair Bolsonaro apparaît publiquement pour la première fois depuis sa défaite

Fort de ce succès, Captivea a donc décidé de poursuivre son déploiement international en s’implantant en Inde (janvier 2021) et au Luxembourg (avril 2022). Une ouverture en Asie (Indonésie ou Philippines) est prévue pour 2023. A noter que le groupe Riss (la holding de Captivea) finance cette implantation à l’international uniquement sur fonds propres.

Le groupe, qui compte désormais plus de 80 salariés – il y en avait 42 début 2021 – profite également depuis un certain temps de la très nette augmentation de la taille des projets. Là où les projets ne dépassaient pas quelques utilisateurs il y a quelques années, ils atteignent désormais une vingtaine d’utilisateurs en moyenne et les plus importants dépassent les 500 utilisateurs. Et l’affectation de 6 ou 7 consultants sur un même projet est devenue courante.

Lire Aussi :  quinze morts dans un bombardement russe à Kherson ; les hôpitaux de la ville évacués

Frédéric Riss, PDG de Captivea, explique cette augmentation de la taille des projets par la modernité et l’ampleur du périmètre fonctionnel d’Odoo, qui selon lui n’a plus rien à envier à celui de ses grands concurrents SAP, Oracle, Sage o. Microsoft. ” Chaque fois que nous sommes en concurrence avec ces éditeurs, nous gagnonsassure Frédéric Riss. Et les projets qu’Odoo ne remporte pas sont ceux qui ne sont pas consultés “. En fait, Odoo n’investit guère dans le marketing et est encore relativement méconnu sur son marché.

Captivea a également l’avantage d’être un partenaire historique d’Odoo – elle a débuté sa collaboration il y a dix ans – et d’évoluer dans un écosystème de partenaires encore assez fragmenté. Si Odoo revendique certes plusieurs milliers de partenaires, la plupart sont indépendants. Il ne faudrait que quelques dizaines à l’échelle mondiale pour pouvoir mobiliser plusieurs consultants en même temps.

Lire Aussi :  des tirs sur les manifestants après un hommage à Mahsa Amini

Mais comme la plupart de ses partenaires, Captivea fait face à la difficulté de recruter des consultants ERP. L’intégrateur a donc créé sa propre formation en interne. Il recrute le potentiel de tous les horizons qui se forment au management de produit et de projet pendant deux ou trois mois. Autre initiative qui a permis de gagner en souplesse, en efficacité et de mieux gérer les pics d’activité : la globalisation des ressources. Les consultants des filiales peuvent désormais être amenés à travailler pour d’autres filiales en fonction des projets.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button