Grève à BFMTV pour réclamer une hausse des salaires : l’antenne fortement perturbée

Les antennes de BFMTV ont été fortement perturbées ce dimanche 13 novembre alors que seule l’émission “BFM Politique” qui accueillait Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, était diffusée normalement. En journée, selon l’intersindicale, les agents réguliers de la chaîne d’information avaient pratiquement droit “à toutes les images”. Pas de décor par exemple pour le JT de 17h où l’on pouvait voir un journaliste présenter son sujet debout avec des pupitres vides derrière lui. Reportages et sujets d’actualité se succèdent, présentés exceptionnellement en voix off.

En cause, un mouvement social au sein du groupe NextRadio TV, propriétaire de BFMTV, RMC, RMC Story, RMC Découverte et BFM Business, qui a débuté jeudi lors du mouvement de grève générale du 10 novembre, pour réclamer des hausses de salaires face à l’inflation. Ce dimanche, une grande partie des équipes de Nextprod (direction/trafic/infographie), environ 25 techniciens, étaient en grève jusqu’à lundi à 4h30 du matin, selon les syndicats. Faux, affirme une source proche de la direction qui avance, salut, douze techniciens qui ont refusé de travailler et six journalistes débrayés.

Lire Aussi :  TPMP People - "Je suis très surpris", "Toujours aussi touchant", "Honteux", "Dommage" : la venue de Jean-Michel Maire sur le plateau divise les twittos

Reste à savoir si le mouvement se poursuivra lundi et si l’antenne sera à nouveau dérangée. Interrogés par Le Parisien, ni la direction du groupe ni le directeur général de la chaîne Marc-Olivier Fogiel n’ont voulu nous répondre.

Lire Aussi :  ESSAI VOLKSWAGEN ID. BUZZ 2023

Une prime exceptionnelle comprise entre 400 et 1 000 euros annoncée par la direction

L’intersindicale est en conflit ouvert avec le groupe audiovisuel de Patrick Drahi dirigé par Arthur Dreyfus depuis de longs mois et, déjà, en juin 2021, un mouvement de grève avait désorganisé les antennes. “Le groupe dégage des profits énormes, 31 millions d’euros au deuxième trimestre 2022, et nous voulons notre part du gâteau, c’est-à-dire une augmentation de 5% des salaires de tous les salariés pour compenser l’inflation”, nous explique un intervenant sur Dimanche. pour les attaquants.

Lire Aussi :  Soupe sur des tableaux, vitrines barbouillées... Pourquoi les actions coup de poing du groupe écologiste Just Stop Oil font débat

“Nous avons demandé avant l’été de rouvrir les NAO (négociations annuelles obligatoires) mais la direction nous avait répondu jusqu’au bout du non-réception”, poursuit le syndicaliste. Face au mouvement de grève, Arthur Dreyfus reviendrait sur cette demande en proposant de voir les syndicats début décembre.

De même, selon nos informations, il avait annoncé une prime de fin d’année exceptionnelle comprise entre 400 et 1 000 euros net selon les salaires. Une majoration de 5% sera accordée aux salariés en CDI qui gagnent jusqu’à 35.000 euros bruts, soit 250 personnes sur plus de 1.200 personnes employées par le groupe de médias.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button