La Croatie neutralise la Belgique et valide sa place en huitièmes de la Coupe du monde

Le match : 0-0

Dos au mur au coup d’envoi et contrainte de s’imposer pour décrocher la qualification en 8e de finale, la Belgique n’a pas relevé la tête jeudi et sort déjà de la compétition. Dans un match tendu qu’ils n’ont pas su emballer, les Red Devils ont été neutralisés par une Croatie terne, qui a tenu jusqu’au bout (0-0). Les coéquipiers de Luka Modric disputeront les huitièmes de la Coupe du monde mais laisseront la première place du groupe au Maroc, vainqueur du Canada (2-1).

La première flèche envoyée par Ivan Perisic dès la huitième seconde de jeu laissait présager un jeu fou. Ce n’était pas le cas dans un premier acte fermé, marqué par la domination technique du trio Brozovic-Kovacic-Modric dans le cœur du jeu. Le seul fait marquant des 45 premières minutes a été ce penalty accordé à la Croatie par la faute de Yannick. Carrasco mais finalement annulé par la VAR en raison d’un hors-jeu de quelques millimètres en début d’action (15e).

Lire Aussi :  pas de boycott à la télé pour assister au doublé de Giroud

Tout s’est déchaîné après la pause et les finalistes de l’édition 2018 étaient tout près d’obtenir leur qualification. Mais à trois reprises, Thibaut Courtois a maintenu les siens à flot. Décollant d’abord un tir de Mateo Kovacic (50e), puis déviant coup sur coup les tentatives de Marcelo Brozovic et Luka Modric (54e). En revanche, l’entrée de Romelu Lukaku a offert plus de solutions aux Belges qui ont haussé le ton, malheureusement trop tard. Sous pression, les Croates ont su résister jusqu’aux derniers instants et défieront le premier du groupe E au tour suivant.

Lire Aussi :  Clément Sordet et Robin Sciot-Siegrist impatients de retrouver le DP World Tour

Le joueur : Guardiol a déjà tout

Le défenseur du RB Leipzig n’a que 20 ans, mais il a encore fait preuve d’un sang-froid rare ce jeudi soir. Justement dans son placement et ses lectures de trajectoire, insoluble dans le duel et très à l’aise avec le ballon, il n’a jamais été rattrapé en première période. L’entrée de Lukaku lui offrait un tout autre calibre vis-à-vis, mais il ne semblait plus gêné. Plein de confiance, il s’est aussi montré avec quelques percées sur le ballon, dont l’une s’est soldée par une frappe dangereuse de Kovacic (50e). Il a terminé son match avec un arrêt parfait dans les dernières secondes (90+3).

Lire Aussi :  Volley-ball : Toulouse à l'Arena, le dernier défi de Narbonne en 2022

Le fait : les ratés de Lukaku

Entrant dans la pause pour tenter de sauver la Belgique incapable de marquer depuis la courte victoire face au Canada en ouverture du match (1-0), Lukaku pourra ruminer très longtemps ses occasions manquées. Après s’être signalé sur une première tête dans le temps additionnel (49e), l’attaquant de l’Inter a raté trois balles de match. Il y a d’abord eu ce tir qui a touché l’intérieur du poteau de Livakovic sans rentrer dans le dos (60e), puis cette déviation sur une reprise de volée de Thomas Meunier qui a raté le cadre (87e). Mais l’attaquant belge regrettera encore plus cette situation finale où, pourtant seul face au but vide, il n’a pas réussi à reprendre le centre de Thorgan Hazard (90e).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button