la justice polonaise annule une amende contre Gazprom

Lundi, un tribunal polonais a annulé une amende de 6,2 milliards d’euros infligée en 2020 au géant russe Gazprom par l’UOKiK pour la construction du gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne, a indiqué l’office. “Nous ferons appel de ce verdict”– met en garde le président de l’Office Tomasz Chrostny dans un communiqué de presse, dans lequel UOKiK déclare “surpris” cette décision. L’UOKiK a accusé Gazprom et cinq autres entreprises occidentales impliquées dans la construction du gazoduc Nord Stream 2 de créer une joint-venture sans son consentement. Cependant, le tribunal a estimé que ces sociétés n’avaient pas créé de coentreprise, affirme Tomasz Chrostny.

Lire Aussi :  La facture d'électricité de ce chef d'entreprise de la Creuse a augmenté de 438%

“Menace”

“Le projet n’a pas été réalisé par une joint-venture, mais par une filiale de Gazprom avec un financement par emprunt”, le géant gazier russe a annoncé en 2020. Cinq groupes occidentaux, le groupe français Engie Energy, l’allemand Uniper, l’autrichien OMV, l’anglo-néerlandais Shell et l’allemand Wintershall, ont été condamnés à une amende totale de 234 millions de PLN (52 millions d’euros). Selon Tomasz Chrostny, le tribunal polonais a également estimé que le bureau n’avait pas compétence pour se prononcer sur l’impact du gazoduc sur l’économie. “Les menaces que nous avons évoquées lors de l’annonce de notre décision (en 2020, ndlr) sont clairement visibles aujourd’hui non seulement en Pologne, mais dans toute l’Europe”il a fait valoir dans un communiqué de presse.

Lire Aussi :  ce qu’en dit la recherche en économie comportementale sur les sanctions

Le gazoduc est actuellement hors service. En plus du gazoduc Nord Stream 1, Nord Stream 2 a été touché fin septembre par des explosions qui ont provoqué des fuites de gaz dans la mer Baltique. Le procureur chargé de l’enquête en Suède a assuré vendredi qu’il s’agissait de sabotage. Avant même la guerre en Ukraine, Nord Stream était contesté par la Pologne, les États baltes et les États-Unis, qui craignaient que ce gazoduc n’accroisse la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie et ne devienne un levier pour Moscou. Le gazoduc Nord Stream 2, construit en parallèle du gazoduc Nord Stream 1, devait doubler les possibilités d’importation de gaz russe en Allemagne. Mais son prochain lancement a été suspendu en représailles à l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Lire Aussi :  comment le "bouclier tarifaire" a préservé l'économie française

VOIR ÉGALEMENT – La Russie accuse Londres d’être impliquée dans le sabotage des gazoducs Nord Stream et l’attaque en mer Noire

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button