le challenge du passage à l’échelle

A l’ère des problèmes climatiques, de nombreuses start-up tentent de développer des alternatives durables aux produits polluants, en utilisant les principes de l’économie circulaire. Objectif : remettre en question le modèle économique linéaire de production, consommation et élimination au profit d’un modèle circulaire qui intègre l’ensemble du cycle de vie du produit, depuis son éco-conception, en passant par sa consommation sans gaspillage, jusqu’à sa fin de vie et la gestion des déchets. Mais si les idées foisonnent, comment passer du prototype à une commercialisation réussie ?

Pour certains, faire évoluer leur solution était un vrai challenge. “Et est toujours”admet Alexandre Bloch, coordinateur développement durable de l’entreprise BeFC. Lancée en mai 2020, la société a développé une solution développée par le CNRS : une batterie écologique à base de papier et d’enzymes. « Celui-ci n’est ni en plastique ni en métal, il est compostable et recyclable. Destinée aux industriels, la pile est adaptée à leurs besoins. Si la technologie est bien régulée, la transition vers la production de masse est toujours en cours, avec des espoirs de lancement en 2024.

Actuellement, BeFC est capable de produire 1 000 batteries par jour, avec l’objectif d’atteindre un million d’unités par jour. Pour cela, il faut trouver ou inventer un outil de production adapté. “Il est donc impossible, en tant qu’innovation révolutionnaire, d’aller dans un magasin et de demander une machine pour faire des piles de papier”, plaisante Alexandre Bloch. Cette difficulté de production de masse est l’un des freins à la mise à l’échelle de leur solution. Vient ensuite le besoin « dans le respect des valeurs originelles des quatre fondateurs » tout en s’engageant pour une conception durable et industrialisable avec le moins d’impact environnemental possible.

Lire Aussi :  Made.com, en faillite, va être racheté par le groupe Next

Bénéficiez de l’accompagnement de Citeo

C’est pourquoi et pourquoi “Une de nos forces est de connaître nos faiblesses”que BeFC a décidé de participer à Défi rond Citeo. Un programme d’innovation ouverte, le Circular Challenge objectifs, depuis 2015 “un accompagnement de longue date des projets de prévention, d’éco-conception, de tri, de collecte, de réemploi et de recyclage tout au long de la chaîne de valeur des emballages ménagers et du papier”. Depuis sa création, 1 650 projets favorisant l’économie circulaire ont été recensés, dont BeFC. Et Alexandre Bloch nous assure : “Si c’était à refaire, on le referait mille fois”. L’accompagnement individuel et les journées d’accélération ont permis au BeFC d’avancer, notamment au niveau des matériels, mais aussi de la législation. Quant à l’industrialisation, « notre produit ne sera probablement pas parfait, mais le programme avec Citeo nous a permis de savoir tout de suite ce que nous pouvions améliorer ».

Lire Aussi :  Le fonds d'investissement public saoudien fait une méga-levée de 17 milliards de dollars

La grande gagnante de l’édition 2018, la startup lactip ont également bénéficié des conseils de Citeo. Identifié comme solution innovante, produit Lactips matière thermoplastique d’origine 100% biologique, à base de protéines de lait et entièrement biodégradable. Créée en 2014, l’entreprise a récemment inauguré sa première unité de production, capable de produire 1 500 tonnes de granulés. Ce plastique sans plastique peut être utilisé dans le domaine de la papeterie ou du plastique. « Avant Citeo, nous avons aussi défini le fait que nous pouvions intervenir dans le domaine des emballages en papier. Grâce à Citeo, nous avons compris comment fonctionnait le marché et comment nous pouvions nous engager dans le domaine des emballages multicouches »explique Charlène Beal-Fernandes, chargée de communication chez Lactips.

Les emballages multicouches, que l’on retrouve dans les tablettes de chocolat, par exemple : “Notre solution remplace le papier plié par un film plastique pour conserver les aliments, éviter les fuites de graisse et sceller les emballages”.

Ne “déplacez pas le problème”

Si l’équipe de Lactips avait une idée pour passer à l’échelle, c’était quand même un challenge. “En tant que Deeptech, nous avions déjà un ADN environnemental très fort, mais il fallait ensuite réussir à industrialiser notre solution.” L’accompagnement de Citeo a donc permis le développement de projets, l’identification de nouvelles opportunités commerciales et industrielles, mais surtout « en profitant de la notoriété et du réseau de Citeo, facilitant ainsi notre intégration dans le domaine de l’emballage ».

Lire Aussi :  L’immigré, joker de l’économie suisse

Et ce n’est pas BeFC qui le démentira, car leur participation au défi Circulaire leur a aussi permis “gagner en visibilité et attirer les talents.”

Si le programme a pu leur donner les clés pour aborder la phase de mise en place du projet, les startups ne perdent pas de vue que les enjeux de scaling sont cruciaux. « On peut échouer complètement en pensant qu’on a un produit durable, mais dont le cycle de vie serait finalement plus long. Dans ce cas, nous ne ferions que déplacer le problème.”prévient Alexandre Bloch. Pour éviter de tomber dans ce piège, elle conseille l’adoption « Une vision la plus globale possible dès la création du produit. En particulier, cela facilite la mise à l’échelle et vous évite de réaliser plus tard que vous auriez pu faire mieux..

Rendez-vous le 8 décembre pour découvrir 8 nouveaux designs gagnants !
S’inscrire
c’est cette drogue !

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button