Le prix du passe Navigo devrait grimper à 90 euros

La concurrence semble avoir plié maintenant. Pourtant, les sénateurs ont été longtemps mis à l’écart mercredi soir en raison des graves problèmes financiers de l’Île-de-France Mobilités (IDFM) et de l’effondrement des transports parisiens.

Réclamé à gauche, le sénateur (LR) Philippe Tabarot a proposé une augmentation de la redevance mobilité, une taxe sur les salaires des entreprises de plus de 11 salariés, qui a finalement divisé la majorité sénatoriale de droite. Et le compteur a gagné. Ce complément de recettes de 180 millions d’euros aurait pu permettre à Valérie Pécresse (LR), présidente de l’IDFM, de limiter la hausse du passe Navigo à 80 euros. Mais ce titre semble dériver de plus en plus loin, et c’est désormais un abonnement à 90€.

“Ce que je regrette, c’est que j’ai l’impression que l’État est ailleurs.”

Le revers est particulièrement difficile pour l’ancien candidat à la présidentielle, puisque les sénateurs de son propre parti ont massivement voté contre (116 contre, 28 contre). Des élus d’Île-de-France, comme Christine Lavarde (LR) ou Philippe Pemezec (LR) des Hauts-de-Seine, Daphné Ract-Madoux (LR) de l’Essonne, Philippe Dominati (LR) de Paris. Sans oublier les centristes, au premier rang desquels Hervé Marseille, également maire de Meudon (Hauts-de-Seine), s’y est également opposé.

Lire Aussi :  Elle sera la future astronaute française : 4 choses à savoir sur Sophie Adenot

Sur les quais, Govt. “Ce que je regrette dans tout ça, c’est qu’on ait l’impression que l’Etat est ailleurs”, a déclaré Roger Carucci (LR), qui a voté et réclame une partie de l’avance remboursable accordée à l’IDFM face au Covid-19. sont convertis en cadeaux.

“Méfions-nous des solutions de facilité”, a prévenu Gabriel Attal, ministre des comptes publics, ancien conseiller municipal et vice-ministre des Hauts-de-Seine. “Les discussions se poursuivront au niveau du Premier ministre et des ministres”, a-t-il déclaré.

Fin décembre

“A l’Hémicycle, on était tous pour. Si on avait voté à main levée, ça serait passé”, a déploré Philip Tabarot, au téléphone ce jeudi matin. “Mais la majorité des sénateurs ont pris un plébiscite pour faire dérailler le vote”, une arme qui inclut le vote à distance et qui est utilisée lorsque le groupe est minoritaire.”Cette façon dont ils l’ont utilisée contre l’amendement de leur propre parti n’est pas très élégante”, déplore le sénateur des Alpes-Maritimes.

Lire Aussi :  le ton monte entre l’Italie et la France

Abandonnée par le Sénat, la proposition d’augmenter la redevance mobilité ne sera pas présentée aux élus. Il est moins susceptible d’être retenu par le gouvernement. Gabriel Attal, l’ancien député d’Ile-de-France, a annoncé sa ferme opposition. Cette mesure ne devrait donc pas figurer dans la loi de finances 2023. “Les sénateurs qui s’opposent à l’amendement sont responsables de l’explosion des prix”, accuse Philippe Tabarot. L’augmentation du forfait Navigo doit être décidée le 7 décembre lors du prochain conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités.

Battue par l’inflation et les effets de la crise prolongée du Covid-19, la Transport Authority fait face à une crise financière sans précédent. Sur le budget annuel de 10,6 milliards, il manque encore 950 millions d’euros. Les collectivités (région, départements et Paris) ont investi 100 millions (+7,5%). Mais le gouvernement n’a pas donné de suite positive aux différentes demandes de soutien de Valérie Pécresse, comme l’annulation du “prêt Covid” de 2 milliards d’euros ou la baisse de la TVA à 5,5%, qui rapporterait environ 150 millions d’euros.

Lire Aussi :  Coupe du monde Qatar 2022 | La France domine la Pologne (3-1) et se qualifie pour les quarts, doublé de Kylian Mbappé

Le vote du Sénat a suscité plusieurs réactions. “Au Sénat, Macroni et la mouvance de droite de Valérie Pécrés ont rejeté l’augmentation du plafond tarifaire. Les résultats ? Le prix du pass Navico risque d’exploser tout simplement ! C’est dommage”, a tweeté David Belliard (EELV), assistant de transport à Paris. « Les usagers sont de bons élèves de l’environnement. Ils doivent être encouragés et non découragés. Comment comprendre que le gouvernement puisse financer les énergies fossiles, entre autres, face à une crise du pouvoir d’achat, alors que d’autres ressources ne sont pas mobilisées ? L’association demande La Vignette du Respect.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button