Lecornu assure que la France est “l’un des 5 plus gros contributeurs au monde”

Dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), le ministre des Armées a souligné l’aide de la France à l’Ukraine. Paris est l’un des plus gros contributeurs avec 550 millions d’euros sur un total de 3 milliards d’euros.

Le soutien de la France à l’Ukraine est indéfectible. Dans un communiqué publié par le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, cela a été révélé dans une interview publiée à ce sujet. JDD. Il promet également de poursuivre les livraisons d’armes, qui ont atteint 550 millions d’euros à ce jour.

“En additionnant toutes nos aides militaires, nous sommes dans le top 5 des pays. Nous sommes l’un des plus gros contributeurs avec 550 millions d’euros sur un total de 3 milliards d’euros”, note Sébastien Lecornu.

Cette 5ème place sera récente. Selon l’Institut de Kiel, la France était classée 8e en octobre derrière la Norvège, la Pologne, le Canada, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les États-Unis arrivent en tête de liste avec 52,3 milliards de dollars de financement.

Lire Aussi :  le «travail» à la fête dans les vœux de Macron – Libération

Une usine de maintenance en Slovaquie

Depuis le début du conflit, la France a envoyé du matériel à Kyiv, comme 18 canons Caesar, prélevés dans les stocks de l’armée. Selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le César aurait été détruit par une frappe russe. Cette information ne nous a pas été confirmée par l’état-major de l’armée française. Mais un obusier détruit peut être récupéré et utilisé pour en réparer d’autres.

Dans quelques semaines, la base logistique sera opérationnelle en Slovaquie. Dirigée par KNDS, elle a pour mission d’assurer les activités de maintenance et d’entretenir les équipements fabriqués par ses deux filiales, KMW et Nexter.

“Sa mission sera l’entretien et la réparation rapides des véhicules, y compris l’obusier automoteur PzH 2000, l’obusier à roues Caesar, le canon antiaérien automoteur Gebhardt et le système de fusée d’artillerie Mars II et le véhicule de transport blindé Dingo”, a déclaré KDNS dans un communiqué.

Demande de radars “en cours d’examen”

Si les Césars sont les plus populaires, la France a prévu d’autres équipements : Missile de Milan et Mistral, une soixantaine de VAB (véhicules blindés avant), mines antichars HDP-2A2, protection NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique), jumelles de vision nocturne de dernière génération. Elle a également promis d’envoyer Canons tractés TRF1.

“Nous livrons tout ce que nous promettons”, déclare Sébastien Lecornu.

Parmi les dernières livraisons, Kyiv a reçu de la France deux batteries de missiles Grodale pour la défense sol-air et deux lance-roquettes multiples (LRU) pour l’attaque au sol en profondeur. Selon le ministre, l’armée ukrainienne écoute les radars. Cette demande est “en cours d’examen”.

Lire Aussi :  Un homme émasculé après un coup de matraque d'un policier lors d'une manifestation

Un fonds de soutien de 200 millions d’euros a également été voté par le parlement. Cela permet aux Ukrainiens de commander des équipements auprès d’entreprises françaises ou d’assurer la maintenance et l’entretien de systèmes déjà fournis. Il peut aussi servir à acheter “des véhicules ou des ponts flottants de Paste”, précise Sébastien Lecornu.

Lire Aussi :  Cinq médailles de bronze pour la France aux Mondiaux de para-badminton, en attendant mieux

En plus de cette aide financière et matérielle, la France a décidé de former des soldats ukrainiens. Jusque-là, les détails de cette prise en charge n’ont pas été évoqués.

“Notre objectif – pour commencer – est de soutenir 2 000 personnes sur un total de 15 000 proposé par l’Union européenne. 400 soldats ukrainiens ont déjà été formés, notamment dans les équipements que nous fournissons”, révèle le ministre.

Pascal est égal

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button