Les pertes de la FED : Un risque de faillite ?

En septembre, les revenus de la Fed ont été négatifs pour la première fois depuis des années. Une conséquence qui résulte de la politique monétaire restrictive menée depuis plusieurs mois. Ensemble, nous regarderons si les pertes de la Fed pourraient avoir des conséquences plus graves, comme le risque de faillite.

faillite, pertes, nourri

Quel est le bilan de la FED (Banque centrale américaine) ?

Avant d’expliquer la source des pertes, nous insisterons sur le sens de certains concepts. Nous allons d’abord expliquer en quoi consiste le bilan de la Fed.

Il se compose principalement des actifs suivants :

  • Obligations d’État
  • Titres adossés à une hypothèque

Voici la répartition exacte sur le bilan :

Les obligations d’État sont des dettes ou des créances émises par un gouvernement. Ils servent à financer les dépenses publiques.

Titres adossés à une hypothèque ou “Titres garantis par une hypothèque MBS” ils sont évalués selon une combinaison d’hypothèques et de taux d’intérêt payés sur les hypothèques.

Évolution du bilan de la Fed

Le bilan de la Fed a considérablement augmenté depuis 2008 en raison du programme d’assouplissement quantitatif ou “Assouplissement quantitatif”. Cela comprend l’achat d’obligations d’État ainsi que de titres adossés à des créances hypothécaires. Cette règle permet d’injecter davantage de liquidités dans le système financier. L’objectif de l’assouplissement de la politique monétaire est de ramener l’inflation aux alentours de 2 % lorsque l’économie entre en récession, un moyen de relancer la croissance.

Voici un aperçu du barème du bilan :

On parle ici de ramener l’inflation autour de 2% car le rôle principal des banques centrales est d’assurer la stabilité des prix. Le deuxième mandat, après la stabilité des prix, est d’assurer le plein emploi.

Lire Aussi :  Loire. Le seul distributeur de caravanes du département se trouve à Montrond-les-Bains

C’est l’inverse qui se produit, c’est-à-dire un resserrement quantitatif (serrage quantitatif) consiste à retirer de l’argent du système financier en procédant au non-renouvellement d’un certain nombre d’échéances obligataires. Dans le même temps, on connaît l’outil le plus couramment utilisé par la Fed, à savoir la gestion des taux d’intérêt, et donc leur augmentation lors d’un resserrement monétaire. Ce processus est en cours depuis début 2022. Elle est liée à la réduction du bilan de la Fed.

La Fed tire des revenus des obligations qu’elle détient, mais aussi des services qu’elle propose. Bien sûr, il a aussi des dépenses de fonctionnement qu’il doit couvrir avec ses revenus, et quand tout est couvert, il donne au gouvernement un surplus/gains.

Par exemple, nous voyons les envois de fonds gouvernementaux totaliser 86,9 milliards en 2020 et 109,7 milliards en 2021. Des sommes qui ne sont pas négligeables pour le gouvernement.

La dernière fois que la banque centrale américaine a élargi son bilan en 2020-21 pour relancer l’économie, elle a acheté des obligations avec des taux alors bas et des échéances longues.

Comme les taux étaient bas, la FED facture un taux d’intérêt moyen d’environ 1,7 %, comme le montre le graphique ci-dessous.

perte, nourriture, équilibre
Source : JP Morgan

Cependant, cet intérêt est inférieur à ce qu’il doit dépenser car les taux de réserve à court terme sont d’environ 3,15 %. Par conséquent, puisque le revenu est négatif, il n’y a pas de remise au gouvernement fédéral.

Les pertes de la Fed sont-elles un problème ?

La Fed a ses avantages car elle peut fixer ses propres règles qui diffèrent d’une banque traditionnelle. Cela signifie qu’il effectue l’opération comptable consistant à déclarer un revenu négatif en tant qu’actif différé. Plus précisément, cet actif différé est d’environ 2,9 milliards de dollars.

Lire Aussi :  Hong Kong: opération séduction lors d'un sommet bancaire critiqué

Cela signifie que cette perte sera couverte à l’avenir lorsque la banque centrale sera en mesure de générer des bénéfices à l’avenir. Ceci est basé sur le principe que la Fed baissera à nouveau ses taux dans les années à venir.

Si vous voulez plus de détails, vous pouvez regarder les prévisions de remises de la banque centrale au gouvernement fédéral. On voit que les remises doivent être réintroduites en 2025-2026. Ceci, bien sûr, n’est qu’une projection.

Parallèlement, les actifs reportés sur les 3 prochaines années devraient revenir à la normale en 2026-2030. Il faudra du temps pour normaliser la politique monétaire.

La question doit être posée si la banque centrale peut faire faillite. Si la situation devait empirer, la FED pourrait rétablir la règle de l’impression monétaire en créant encore plus de dette pour couvrir les pertes. Cependant, contrairement au passé, cet argent créé n’a pas de garantie, comme l’or. La crédibilité de la banque centrale reste la seule sauvegarde.

Imprimer de l’argent : la principale raison ?

Nous savons que les injections d’argent en 2020 et 2021 ont ensuite provoqué beaucoup d’inflation. Ces injections avaient pour but de ramener l’inflation à 2% en relançant l’économie pendant la crise de 2020. Aujourd’hui, les outils que nous avons utilisés pour relancer l’économie sont aussi à l’origine du ralentissement économique et en grande partie à l’origine de l’inflation. On en déduit donc une certaine défaillance du système, qui mettra un certain temps à se re-normaliser.

Lire Aussi :  📰 Bénéfice climatique d'une future économie de l'hydrogène

Quels sont les effets des actifs différés ?

Vous devez savoir maintenant que les pertes risquent de persister au cours des prochains mois. Oui, car tant que la Banque centrale poursuit sa politique de resserrement monétaire, cela signifie relever les taux. La hausse des taux incite les banques traditionnelles à placer leur argent à la Fed car les taux sont plus attractifs. En conséquence, il y a moins d’argent disponible dans le système financier.

Une autre chose qu’il faut savoir, c’est que les profits générés par la FED sont redistribués au gouvernement pour financer les dépenses et réduire le déficit. Il peut donc avoir intérêt que le gouvernement ne perçoive plus ces allocations avant plusieurs mois.

Pour résumer

En fin de compte, les injections (achats d’obligations) ont créé des failles dans le système de politique monétaire de la banque centrale américaine et il faudra du temps pour se normaliser. Même si la FED est dans le rouge en ce moment, il faudra y remédier dans les années à venir.

Recevez un résumé de l’actualité du monde des crypto-monnaies en vous abonnant à notre nouveau service Bulletin quotidiennement et hebdomadairement pour ne manquer aucun des temps forts de Cointribune !

Avatar de Laetitia Bonaventure
Laetitia Bonawentura

Après 7 ans au sein d’une banque canadienne, dont 5 ans dans l’équipe de gestion de portefeuille en tant qu’analyste, j’ai quitté mon emploi pour me consacrer pleinement aux marchés financiers. Mon objectif est de démocratiser les informations sur les marchés financiers auprès des publics de Cointribune sous divers aspects, notamment l’analyse macro, l’analyse technique, l’analyse intermarché …



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button