l’imam Hassan Iquioussen placé en centre fermé en vue de son expulsion

L’imam marocain Hassan Iguesen, qui s’est enfui cet été en Belgique pour échapper aux autorités françaises, est détenu en centre fermé en vue de son expulsion, a-t-on appris mercredi 16 novembre. Cependant, il peut être extradé vers la France par le gouvernement belge.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Iquioussen. La secrétaire belge à l’Asile et à la Migration, Nicole de Moor, a annoncé mercredi que l’imam Hassan Iguesen avait été placé en centre fermé en attendant son expulsion. « L’homme, qui a perdu son droit de résider en France, a dû retourner dans son pays natal, le Maroc. Il a donc été placé en centre fermé de retour en vue d’un éloignement du territoire », a-t-il expliqué dans un communiqué.

L’annonce intervient un jour après qu’un juge belge a ordonné l’extradition de l’imam Iqusen vers la France, estimant que les faits sous-jacents au mandat d’arrêt européen “ne constituent pas un crime en droit belge”. Comme l’ont fait valoir les avocats d’Hassan Iguez, le crime reproché par la France, à savoir “l’évitement de l’exécution d’une procédure d’extradition”, n’existe pas en droit belge. C’est une condition pour l’exécution d’un mandat d’arrêt européen.

Néanmoins, en Belgique comme en France, la procédure judiciaire prévaut sur la procédure administrative. Donc si la procédure judiciaire se termine par ce refus, la procédure administrative prend le relais. Dans ce contexte, Imam Ikusen ne dispose pas d’un titre de séjour lui permettant de séjourner légalement sur le territoire belge. Le gouvernement belge veut donc l’expulser. Selon les informations recueillies par CNEWS, la Belgique veut extrader Imam vers la France. Cependant, la position officielle de la France sur la question est encore inconnue pour le moment.

Lire Aussi :  le suspect mis en examen pour meurtre, séquestration et viol

Discours de conversion et discours de haine

Hassan Iguesen a été au centre des troubles politiques et judiciaires cet été après avoir été arrêté à Mons le 30 septembre après avoir fui la France. Son éviction a été annoncée fin juillet par le ministre de l’Intérieur Gerald Dorman. Selon l’arrêté d’expulsion, l’imam Feild S a été accusé de “discours de prosélytisme, propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d’une vision de l’islam contraire aux valeurs de la république”.

Hassan Ikusen a contesté le décret devant les tribunaux et l’affaire a même été portée devant le Conseil d’État. Mais le 31 août, lorsque l’ordre a été confirmé par la plus haute juridiction française, Imam était introuvable.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button