Lucibel : nouveau partenariat commercial à l’international – 05/12/2022 à 08:20

(AOF) – Dans le cadre de la stratégie de commercialisation de son masque de beauté OVE à l’international, Lucibel.le Paris, la filiale cosmétique du groupe Lucibel, annonce avoir signé un partenariat commercial avec la société israélienne High Level Skin. Cette collaboration fait suite à celle annoncée en octobre avec l’hôtel de luxe Constance Prince Maurice, l’un des bâtiments les plus emblématiques de l’île Maurice.

Complémentaires au partenariat stratégique annoncé avec Dior en juillet 2022, à travers lequel Dior distribuera le masque de beauté OVE de Lucibel.le Paris dans une trentaine de pays en janvier 2023, ces deux partenariats renforceront le positionnement de Lucibel.le Paris. l’hôtellerie de luxe, en France et à l’étranger.

Lire Aussi :  Ignazio Cassis et la Russie: "La Suisse doit avoir un discours ferme sur la violation du droit public international" - rts.ch

Le chiffre d’affaires attendu en 2023 dans le cadre de ces deux partenariats, sans Dior, est d’environ 200 000 euros. Au vu des canaux de vente existants (site www.lucibelleparis.com et équipe de vente directe indépendante), le chiffre d’affaires de l’activité cosmétique du groupe Lucibel, hors Dior, réalisé dans le secteur du luxe, est déjà supérieur à 1 million d’euros sur une base base annuelle. .

Après cette signature, Frédéric Granotier, président fondateur de Lucibel a déclaré : « Lucibel.le Paris a pour ambition de devenir le leader incontesté de la beauté par la lumière. La signature de ce partenariat avec High Level Skin offre à Lucibel.le Paris une présence significative en Israël. les accords de partenariat internationaux sont en phase de finalisation.”

Lire Aussi :  Top départ pour le groupe de travail international de lutte contre les ransomwares

AOF – EN SAVOIR PLUS

De belles perspectives avec l’hydrogène vert pour le secteur de l’électricité

Le plan hydrogène français de 7 milliards d’euros, porté à 9 milliards, vise à développer une filière industrielle de production d’hydrogène bas carbone. Le Gimélec, le groupement des entreprises de la filière électronique numérique en France, a identifié des atouts forts pour les équipementiers électriques. Pour ses membres, les retombées économiques sont estimées à 10 milliards d’euros d’ici 2030, après 20 milliards supplémentaires pour la période 2030-2040, principalement pour le secteur des fabricants d’équipements électroniques numériques (des transformateurs aux systèmes de contrôle). Cela conduira à des recrutements massifs, notamment là où se concentreront les efforts de développement de l’hydrogène, en Méditerranée et dans la vallée de la Seine.

Lire Aussi :  "Elon Musk a menti": début du procès sur des tweets du patron de Tesla - 18/01/2023 à 21:11

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button