Métavers : premier rapport au gouvernement

Posté sur par

– 0 vues

En février 2022, le gouvernement français a mandaté un groupe d’experts pour produire un rapport sur le métaverse. La volonté était de comprendre avant peut-être de réglementer. Le rapport est disponible et contient une dizaine de recommandations. Si vous n’avez toujours rien compris au métaverse, ce rapport peut être un bon point de départ pour vous rattraper.

Qu’est-ce que le métaverse ?

Tous les spécialistes entendent cette question toute la journée : qu’est-ce que le métaverse ? Quel est le problème?

Si l’on en croit les vidéos et publicités simplistes (voire hallucinantes) qui circulent sur le net, le métaverse est un monde virtuel parallèle au nôtre, inventé par un réseau social bien connu.

Le rapport met en évidence les caractéristiques essentielles des métaverses et des modalités.

  • Les caractéristiques essentielles des métamondes sont : l’existence de mondes virtuels, 3D, temps réel, immersifs, permanents et partagés.
  • Les termes à ce jour se concentrent sur d’autres choses, y compris s’il est possible d’y accéder avec ou sans écrans montés sur la tête, s’il faut ou non utiliser des avatars, ou interagir avec ou sans technologies de grand livre distribué. Ces méthodes continueront d’évoluer avec l’utilisation et la technologie. Par exemple, “Les métamondes sont accessibles à travers divers dispositifs, allant d’un simple écran de téléphone ou d’ordinateur à des casques de réalité virtuelle et augmentée ou des dispositifs complexes spéciaux (CAVE, salle VR, dispositifs expérimentaux avec immersion). Une autre illustration de ce qui est une modalité plutôt qu’une caractéristique est l’avatar. Les avatars peuvent également être considérés comme une modalité de métavers plutôt que comme une caractéristique principale. Ainsi, certains métamondes, notamment dans la réalité augmentée ou les expériences théâtrales immersives en réalité virtuelle, se passent d’avatars (il y a, comme nous le verrons dans la partie II, un certain nombre de problèmes sociotechniques liés aux avatars dans les métamondes, comme la diversité des représentation et harcèlement sexuel par interaction avec des avatars) ».

Ainsi, il n’y a pas “un” métaunivers, mais “plusieurs” métaunivers. Toute expérience immersive qui répond aux caractéristiques fondamentales énumérées ci-dessus peut prétendre être un métaunivers.

Lire Aussi :  Le bien commun, de quoi parle-t-on ?

Autrement dit:

  • Le méta-univers n’appartient pas à Facebook.
  • Aucun label ou certification décerné par une autorité : ce n’est pas parce qu’un système est considéré comme un métaverse qu’il l’est vraiment.
  • La définition proposée par la mission n’est qu’une définition.

La mission propose la définition suivante : « Metauniverse est un service en ligne qui donne accès à des simulations spatiales 3D en temps réel partagées et permanentes dans lesquelles nous pouvons vivre ensemble des expériences immersives. »

La mission précise en outre :

  • La 3D considérée dans les mondes virtuels du métaverse concerne trois dimensions de l’espace (hauteur, largeur et profondeur) : “Il ne s’agit donc pas seulement de relief, comme dans le cinéma 3D stéréoscopique, mais aussi de modélisation de l’espace en trois dimensions”.
  • Plusieurs modes d’immersion sont possibles (e.g. avec ou sans casque, en réalité augmentée ou réalité virtuelle, etc.) qui ont en commun de nous situer dans l’espace de la modélisation 3D temps réel ».
  • Échange et persévérance. Il y a simulation “partagé par tous les utilisateurs connectés et continue d’être absent. Chacun est libre d’adhérer et de partir dans la limite des capacités de l’infrastructure qui le prend en charge..

Les métaverses existent déjà

Cependant, selon le battage médiatique, le métaverse est encore à venir : ce sera “l’un ou l’autre”.

Lire Aussi :  Xbox Game Pass 2023 et 2024 : TOUS les prochains jeux listés ! | Xbox One

L’un des mérites du rapport de mission est de souligner que des expériences métavers (le mot semble être accepté) existent déjà dans les arts, la santé, l’éducation, le tourisme et la découverte du patrimoine, l’architecture, etc.

Dans le monde du travail et de l’industrie, des métaunivers existent aussi déjà et sont en constante évolution.

Nous vous invitons à lire le rapport pour en savoir plus sur cette expérience en cours.

Résumé des propositions

Le rapport contient 10 recommandations, qui sont résumées comme suit.

Proposition 1

Saisir l’opportunité des Jeux Olympiques pour fédérer les acteurs français du méta-univers autour de projets spécifiques au sein d’un consortium public/privé piloté par Inria et proposer des actions dynamiques autour d’expériences passionnantes à partager avant, pendant et après les Jeux Olympiques et Paralympiques ( entraînement/compétition, transport/tourisme, coulisses/échange avec les sportifs) (p. 51)

Proposition 2

Réinvestir les instances de négociation sur les normes techniques pour que la France et les principaux acteurs français (du secteur de l’immersion numérique comme de la recherche sur ces sujets) soient activement impliqués dans les discussions sur la compatibilité de l’immersion. (p. 79)

Proposition 3

Inciter les pouvoirs publics à créer des services partagés et essentiels permettant l’émergence de nombreux métamondes interopérables. (p. 95)

Proposition 4

Mener une analyse rigoureuse des différentes chaînes de valeur des métaunivers pour identifier au mieux les domaines stratégiques d’investissement d’une part et les risques de perte de souveraineté ou de fuite de valeur d’autre part. (p. 57)

Lire Aussi :  Abandoned : Hideo Kojima (Death Stranding) s'exprime enfin... et se montre agacé

Proposition 5

La création de commandes publiques qui correspondent aux objectifs de souveraineté culturelle et de souveraineté technologique pour favoriser les connexions hybrides entre les structures technologiques françaises et les institutions culturelles. (page 60)

Proposition 6

Commençons maintenant le travail d’adaptation, en particulier GDPR, DSA et DMA, aux défis des métaunivers. (p. 91)

Proposition 7

Investissez dans des outils et des techniques pour analyser les métaunivers et les transactions qui s’y déroulent, afin que la détection des actes répréhensibles revienne aux criminels et perçoive des impôts. (p. 99)

Proposition 8

Investir dans des initiatives de recherche interdisciplinaires d’envergure et de long terme (informatique, neurosciences et sciences sociales) en utilisant les dispositifs existants (France 2030, PIA 4, PEPR, ANR) pour développer simultanément des métaunivers expérimentaux portés par les besoins (culture, santé, éducation). ) et les moyens d’évaluation des risques sociotechniques par la recherche empirique. (p. 53)

Énoncé 9

Créer un institut de recherche et de coordination à l’image de l’Ircam, qui serait à la fois un laboratoire de recherche informatique dédié aux arts de l’immersion, un lieu de coordination entre chercheurs et artistes pour la création d’œuvres innovantes d’immersion dans le métaunivers, et un comptoir d’expertise pour toutes les institutions culturelles intéressées. (p. 53)

Proposition 10

Rechercher des solutions respectueuses de l’environnement et développer un système pour mesurer l’impact environnemental des infrastructures du métaunivers. (page 83)

Plus d’information

Après avoir pris connaissance du texte intégral du rapport, disponible en annexe.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button