MotoGP, Randy Mamola définit la nouvelle ère des Grands Prix : “si vous n’êtes pas fan de Formule 1, vous ne pourrez pas non plus être fan de MotoGP”

La question de l’évolution technique du MotoGP, qui a un impact direct sur le déroulement des courses et sur la manière de piloter, est débattue dans le paddock et chez les fans. L’arrivée des ailerons et du correcteur d’assiette à commande mécanique ouvre l’ère de l’aérodynamique complètement sous-estimée par les constructeurs japonais. C’est le génie de Ducati, qui a parfaitement respecté les règles, d’avoir changé la donne avec ses recherches et ses compétences pour mieux prendre en main une compétition perdue d’avance, vu la puissance de feu industrielle de ses adversaires. Du coup, la question du développement de la compétition sous l’impulsion de ces découvertes se pose dans le mauvais sens, car le mérite des Italiens semble être remis en cause par de mauvais perdants. Et pourtant, la situation mérite attention, comme le souligne Randy Mamola, qui fait ce constat…

Le MotoGP d’aujourd’hui est très différent de celui d’avant même la déclaration de la crise sanitaire, qui n’est pas si loin. En cours de route, il pourrait encore évoluer vers d’autres aspects sous l’impulsion du développement technique. Un voyage dans l’inconnu avec ses frissons et ses dangers, qui n’est pas nouveau dans le sport automobile. L’expérience de Formule 1 est ainsi sous nos yeux, la jurisprudence également reconnue par Carmelo Ezpeletachef du promoteur Dorna qui a récemment confirmé qu’il suivait les traces d’une grande compétition de sport automobile pour dynamiser son propre cœur de métier.

Lire Aussi :  Tommy Paul élimine Ben Shelton en 4 sets et rejoint le dernier carré de l'Open d'Australie, il jouera Djokovic ou Rublev

Oui, mais en Formule 1, la question technique est un véritable enjeu stratégique considéré par un groupe de techniciens travaillant sans relâche pour maintenir un équilibre global qui s’étend du spectacle à livrer sur la piste à l’écosystème même du paddock. En MotoGP, il n’y a que des courageux mais bien isolés Danny Aldridge devant l’imaginaire fertile de l’équipe réunie autour d’un Gigi Dal’Igna qui connaît bien son sujet.

Le dernier résultat en cours est ce GP22, né d’un GP21 encore redoutable, qui ne se contente pas de donner des leçons sur toutes les pistes du championnat. Elle a aussi réussi l’exploit d’inspirer ses huit cavalières qui ont des styles et des morphologies différents. Pendant ce temps, ceux qui essaient de suivre souffrent. Et pas seulement au sens figuré. Au sens littéral aussi, car ces nouvelles machines créent des turbulences dans leur sillage. Un phénomène souvent évoqué Marc Marquez.

Lire Aussi :  VOLLEY BALL : Un challenge interenteprises gagnant pour le Téléthon

Légende Mamola

Randy Mamola sur le MotoGP : ” c’est une question de temps, de réglementation et de position

Tout cela nous amène à cette compétence d’un Randy Mamola qui a connu une autre époque, et c’est le moins que l’on puisse dire. Contrairement à ses pairs de la même génération, il ne se lamente pas sur le passé tout en se lamentant sur le présent, mais il est clair sur l’avenir… On lit à son sujet sur crash.net : ” si vous n’êtes pas fan de Formule 1, vous ne pouvez pas non plus être fan de MotoGP “. Une annonce claire qui pose le cadre…

L’américain développe : on entendait en Formule 1 il y a trois, quatre ou cinq ans le refrain “je n’arrive pas à suivre la voiture devant moi”, et nous avons ce problème de coureurs qui ont du mal à suivre dans les courses de motos “. La légende du Grand Prix ajoute : ” c’est une question de temps. C’est une question de réglementation et de position “.

Lire Aussi :  Coupe du monde | Sénégal - Pays-Bas : Les Néerlandais l'emportent pour leur retour au Mondial

Tout est là et Randy Mamola met les managers face à leurs responsabilités : Je pense qu’un constructeur a maintenant une assez grande emprise là-dessus, avec plus d’un pilote qui peut gagner sur sa moto, et c’est Ducati. pour moi, vous avez besoin de gel technique. Nous devons geler la situation dans ces domaines afin que d’autres constructeurs puissent rattraper leur retard, afin que Ducati ne puisse pas passer au niveau supérieur, ou qui que ce soit d’autre. “.

Le discours est donné, mais quant à la méthode… » Comment faire, je ne sais pas, Je ne suis pas un spécialiste de la réglementation ou une personne ordinaire ou quelque chose comme ça, mais je pense que quelque chose doit arriver, comme des concessions pour d’autres fabricants. “. Puis il termine en revenant à son idée maîtresse : ” maintenant nous avons les problèmes de la Formule 1. Donc si vous avez un problème avec la Formule 1, vous avez un problème avec le MotoGP “.

Légende Mamola



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button