quelles sont les possibilités ?

Le statut de fonctionnaire est assez spécifique. En effet, les fonctionnaires sont contraints par des cadres stricts, notamment en matière de création et de reprise d’entreprise. Combiner fonction publique et création d’entreprise demande du temps, de la préparation et surtout l’obtention des autorisations nécessaires.

Comment, alors, créer ou reprendre une entreprise à statut officiel ? Est-il possible de combiner ces deux fonctions ? Explique.

Création et reprise d’entreprise en tant que fonctionnaire : demande d’autorisation de travail à temps partiel

Tout d’abord, il faut savoir qu’une personne ayant le statut de fonctionnaire ne peut logiquement pas reprendre ou créer une entreprise à temps plein car elle est déjà en poste.

Il est cependant capable d’aménager parfaitement son temps de service pour se consacrer à la création ou à la reprise d’une entreprise. Une combinaison de ces deux activités est donc tout à fait possible. Soit il travaille en dehors des heures de travail, soit il demande une autorisation de service à temps partiel. Cette période est de deux ans, avec possibilité de prolongation d’un an.

A cet effet, le fonctionnaire doit adresser une demande à sa hiérarchie :

  • La hiérarchie soumet la demande au comité d’éthique,
  • Le comité d’éthique vérifie la conformité du projet de création et d’acquisition d’entreprise avec les fonctions publiques du salarié,
  • La commission rend alors son avis à l’autorité administrative dans un délai de 2 mois à compter de sa saisine.
Lire Aussi :  le possible retour de Trump sur le réseau et la présidentielle au Brésil comme premiers tests

Les fonctionnaires qui travaillent déjà à temps partiel peuvent exercer des activités complémentaires dans le cadre de la création ou de la reprise d’une entreprise, à condition de respecter les activités autorisées.

Créer ou reprendre une entreprise : les actions possibles pour un fonctionnaire

En vérifiant la conformité du projet de création ou de reprise d’entreprise par le Comité d’Ethique, les experts s’assurent que l’activité entrepreneuriale souhaitée par le fonctionnaire est conforme à la Fonction Publique.

  • L’activité comprend la notion de « travail créatif », c’est-à-dire la créativité résultant de l’activité intellectuelle ou artistique : dans ce cas, le fonctionnaire est libre d’exercer son activité secondaire. Il s’agit par exemple de la combinaison de son statut de fonctionnaire et d’auto-entrepreneur.
  • L’activité est traitée en « extra » autorisée par décret. Dans ce cas, la fonction publique exerce le droit de contrôle sur les activités souhaitées par le fonctionnaire, ses activités secondaires ne pouvant affecter ses fonctions principales. Les catégories de travail autorisées sont :
    • Activité de service pour une personne exercée en régime de micro-entrepreneur (indépendant),
    • Vente de biens produits par un mandataire en régime de micro-entrepreneur (indépendant),
    • Expertises ou consultations auprès d’une entité privée (sauf si la prestation est réalisée pour une personne publique),
    • l’enseignement et la formation,
    • Activités à caractère sportif ou culturel, y compris les soins et l’animation dans le domaine du sport, de la culture ou de l’éducation populaire,
    • Travaux d’importance mineure pour des particuliers,
    • Activité agricole sur une exploitation agricole sans personnalité morale ou sous forme de société civile ou commerciale,
    • Activité du conjoint aidant (conjoint ou partenaire de Pacs) dans une activité artisanale, commerciale ou hors taxes,
    • Aide ménagère d’un ascendant, descendant, conjoint, partenaire pacsé ou concubin,
    • Entreprise d’intérêt général avec une personne publique ou privée à but non lucratif,
    • Mission d’intérêt public en coopération internationale ou avec des organisations internationales d’intérêt général ou avec un Etat étranger, pour une durée limitée.
Lire Aussi :  La BCE prépare un nouveau tour de vis monétaire - Économie

Licenciement : temps plein pour créer et reprendre l’entreprise

Si le projet de création ou de reprise d’entreprise demande beaucoup de temps à un fonctionnaire, le licenciement est tout à fait envisageable.

C’est une solution appropriée lorsqu’un fonctionnaire veut tester son projet sans perdre les avantages de faire partie de la fonction publique.

L’exonération consiste à cesser son activité principale pour prendre un congé d’une durée maximale de deux ans. Pendant cette période, le fonctionnaire ne perçoit aucune rémunération.

Lire Aussi :  829 millions de fonds européens pour l’Occitanie : des projets à financer jusqu'en 2027

Pour demander une dérogation, le fonctionnaire doit s’adresser à son autorité administrative et respecter un délai de préavis maximum de trois mois.

Créer ou reprendre votre entreprise en tant que fonctionnaire : les démarches habituelles

Une fois agréé par les autorités administratives dont dépend le fonctionnaire, un indépendant peut créer ou reprendre une entreprise comme n’importe qui.

Par conséquent, il doit déclarer le début de l’activité, choisir le régime et la forme juridique de son entreprise, choisir l’adresse de résidence, l’enregistrer, publier une annonce légale dans un journal autorisé si l’exige le type d’activité exercée, constituer un capital social, rédaction des statuts de la société, etc. Il doit respecter certains délais pour s’assurer de la bonne constitution de votre entreprise.

En tant que fonctionnaire, il est donc tout à fait possible de démarrer ou de reprendre une activité. Cependant, il est conseillé d’en faire la demande auprès des autorités administratives compétentes et de choisir d’aménager son temps de garde. Ensuite, les démarches à effectuer sont communes à tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise.

(Crédit photo : iStock)

Article écrit par

Écrivain

Ce texte a été publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucune manière la rédaction des Echos Solutions.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button