Retraites : Marlène Schiappa se dit « profondément gênée par le dévoiement du droit de grève »

Le gouvernement rencontrera-t-il des troubles sociaux en fin d’année, comme en 2019, lorsqu’il a présenté un projet de réforme des retraites dans la deuxième semaine de décembre ? Marlène Schiappa ne “souhaite” pas. Invitée à une audition publique le 5 décembre, l’émission politique hebdomadaire du Public Sénat et LCP-Assemblée nationale, en collaboration avec Le Figaro Live, la secrétaire d’État chargée de l’économie sociale et solidaire et de la vie associative estime que « les Français doivent être ensemble comme une famille.” “Nous traversons des moments difficiles”, a-t-elle expliqué, citant l’inflation, mais aussi la guerre en Ukraine et la recrudescence de l’épidémie de covid-19.

Alors que tous les syndicats s’opposent au passage de l’âge légal de la retraite à 65 ans, Marlène Schiappa veut s’assurer que la loi “ne soit pas gelée” et que les partenaires sociaux “font des propositions” pour équilibrer financièrement le système de retraite. « Je ne respecte pas vraiment le droit de grève. Je ne le remets pas en question. Cela dit, je me méfie toujours un peu des frappes préventives. […] J’invite tout le monde au dialogue social, au lieu d’avertir immédiatement que nous ferons grève si nous n’obtenons pas ce que nous voulons », se défend le secrétaire d’État.

Lire Aussi :  Piketty, « Economix »… L’économie se vulgarise en BD

“Je veux partir du principe que le dialogue réussira”

Déplorant la forme de “chantage”, la ministre s’est dite “profondément honteuse de l’abus du droit de grève”. Sur l’attitude que devrait adopter le gouvernement, Marlène Schiappa déclare ne pas vouloir entrer dans un rapport de force. « Je ne veux pas supposer que le dialogue échouera. Je veux partir du principe que le dialogue sera fructueux », souligne-t-il, avant de saluer les qualités de « dialogue » de la Première ministre Élisabeth Borne.

Lire Aussi :  Réussir la transmission de son entreprise dépend aussi de son environnement : exemple à Arnac-la-Poste en Haute-Vienne

Trois jours après la présentation des grandes lignes du texte par la cheffe du gouvernement, Marlène Schiappa, elle confirme ce soir qu’il existe “une forme de consensus” sur la nécessité d’une réforme “au pôle central républicain”. « Au-delà des extrêmes », dit-il.

Lire Aussi :  EDF reprend sa marche en avant dans la relance du parc nucléaire

Au regard de la perspective d’adoption du texte 49.3, le secrétaire d’Etat juge cette hypothèse prématurée. “Le Premier ministre vient de fixer les termes du débat”, se souvient-il. Encore faut-il trouver des alliés dans la salle de conférence. Le secrétaire d’Etat veut des accords, et pas seulement avec la droite. « Le Parti socialiste est le parti du gouvernement », souligne-t-il.

Lire la suite » Retraites : le sénateur LR René-Paul Savary espère que le gouvernement “se fie” à la position du Sénat

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button