Un agent de la DGSI mis en examen

Cinq femmes ont été arrêtées à Béziers par la DGSI par crainte d'activités terroristes violentes (légende photo).
Étienne de Sakudin/AFP Cinq femmes ont été arrêtées à Béziers par la DGSI par crainte d’activités terroristes violentes (légende photo).

Étienne de Sakudin/AFP

Un agent de la DGSI a été mis en examen pour avoir participé à l’assassinat de Laurent Pasquali le 9 décembre 2022.

Justice – Résurgence de l’affaire entourant la mort de Laurent Pasquali. Un policier de la DGSI soupçonné d’avoir fourni des informations à un syndicat du crime ayant conduit à l’assassinat d’un conducteur de rallye fin 2018 a été inculpé à Paris le 9 décembre, a appris l’AFP de source lundi 23 janvier. .

Depuis 2011, cet officier du renseignement intérieur, ancien agent (renseignement extérieur) de la DGSE, est accusé d’avoir “Conspiration” Délictuelle et pénale pour avoir alimenté le réseau des francs-maçons sous l’apparence d’une série de contrats criminels, souligne la RTL qui a divulgué l’information.

Lire Aussi :  « Que vaut la vie de Morgan si rien ne change ? » A Cahors, le procès de l’accident de chasse de trop

Dans la première affaire, ce brigadier de 49 ans est soupçonné d’avoir effectué des surveillances et des photographies en 2014 contre la somme de 1.000 euros du maire UMP de la ville de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) . , Sylvain Berrios, qui a fait l’objet À la fin Un complot d’assassinat.

Salaire 200 à 300 euros

Deuxièmement, selon deux sources proches du dossier, il aurait été mis en cause pour avoir consulté des dossiers de police et effectué quelques déplacements pour fournir à la brigade criminelle l’adresse privée de Laurent Pasquali, sans savoir que cela déboucherait sur un crime. Massacre.

Il s’en serait rendu compte “Entre 200 et 300 euros” Selon l’une de ces sources, il l’aurait partagé avec un autre policier.

Selon une source proche du dossier, le policier a été interdit d’exercice et placé sous contrôle judiciaire. Interrogé, son avocat, Mee Julian Fresnold, a refusé de commenter.

Lire Aussi :  Équipe de France. Comme Paul Pogba, ces Bleus ont manqué une Coupe du monde à cause d’une blessure

L’assassinat du chauffeur de rallye est le principal crime imputé à cette faction franc-maçonne, soupçonnée de projet criminel visant un syndicaliste CGT à Bourg-en-Bresse (Ain). Formatrice professionnelle Marie-Hélène Dini.

Un couple est soupçonné de parrainage

La mère de Laurent Pasquali a signalé sa disparition le 2 décembre 2018. Le 1er septembre 2019, ses ossements sont découverts par un adolescent dans un arbre en Haute-Loire. Un couple dans l’industrie automobile, créancier de Laurent Pasquali, est soupçonné d’avoir engagé une cellule autour de lui, mais n’a pas cherché à l’assassiner.

Dans un communiqué, la brigade criminelle estime que le policier a été payé par l’un des personnages clés du dossier. “Pour de nombreuses demandes personnelles”.

Concernant l’assassinat de Laurent Pasquali, “Évidemment, je ne veux pas que quelque chose comme ça se produise.”Le policier a déclaré devant le juge d’instruction en charge de ce vaste dossier, des éléments dont l’AFP a connaissance.

Lire Aussi :  ce que prévoit le gouvernement en cas de coupures d'électricité cet hiver

“J’ai essayé de coopérer le plus possible avec les enquêteurs, même si ce n’était pas toujours très précis. J’assume la responsabilité de ce dont on va m’accuser.”Le policier a ajouté.

Voir plus Le HuffPost :

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button