Vers la baisse de la note de la France par Standard & Poor’s. Poor Bruno le Maire.

C’est un article assez discret des Echos, mais très important, intitulé « S&P pourrait dégrader la note de la dette française à moyen terme ».

« L’agence de notation S&P Ratings a annoncé qu’elle maintiendrait la note de la dette française, mais n’exclut pas sa dégradation dans les mois à venir. On parle du ralentissement de l’économie en France et de la dégradation des finances publiques due à l’aide apportée aux ménages et aux entreprises pour compenser l’inflation et, en particulier, la hausse des prix de l’énergie dans ce pays.

S&P a abaissé sa prévision de croissance du PIB français pour 2023 à 0,2 %, alors que la dernière évaluation de juillet prévoyait une hausse de 1,7 % l’an prochain. Dans le même temps, l’agence de notation a relevé la prévision de déficit budgétaire à 5,4% du PIB contre 4% en juillet. Il prévoit une dette publique à 112% du PIB en 2025.

Lire Aussi :  Vrai ou Faux. Faut-il éteindre le chauffage quand vous êtes absent ?

En conséquence, la perspective de la dette française passe de “stable” à “négative”, mais la note reste la même à “AA/A-1+” pour l’instant, selon un communiqué de S&P publié vendredi. 2 décembre.

Et nous voici dans la 6e année de la présidence des finances de Mozart.

La France voit les perspectives de la dette devenir négatives.

Alors que le marché européen « libre » de l’électricité pousse à la faillite toutes nos entreprises sans boucliers tarifaires.

Lire Aussi :  quelles sont les possibilités ?

Que le bouclier tarifaire vise à demander à l’État de payer la différence entre le vrai prix de production (très bas) et le faux prix de marché (très élevé).

Que le Mozart de la finance et son Bruno Le Maire ont gagné 600 milliards d’euros de dette covid coûte que coûte (et j’étais tout à fait pour) et qu’ils laisseraient mourir tout le monde un an plus tard parce qu’ils ne peuvent plus rien faire avec l’énergie comme le Allemands et n’ont même pas le courage de dire qu’on va vendre l’électricité en France au prix qu’on produit soi-même plus une marge (investissements, entretiens et tout le tapage) qui sera 10 fois inférieure aux prix fous des pseudo marchés .

Lire Aussi :  l’enseigne le remet finalement en rayon

Laissez-le continuer.

Et bientôt ce sera Pauvre Bruno, seul à Paris.

Karol SANNAT

“Ceci est un article “presslib”, c’est-à-dire libre de toute reproduction totale ou partielle, à condition que ce paragraphe soit reproduit après celui-ci. Insolentiae.com est le site où Charles Sannat s’exprime au quotidien et livre des analyses impertinentes et sans concession sur l’actualité économique. Merci d’avoir visité mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Les Echos.fr ici

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button